Québec Science BUZZons
Encyclo

Combattre le feu par le feu

Les vertus non démontrées de l'homéopathie
29/11/2016
-
photo: imagepointfr/depositphotos.com 


Des granules de sucre. C'est tout ! Tout ce que les fabricants de "médicaments" homéopathiques mettent dans leur fioles, ce sont des granules de sucre. Et ils empochent des fortunes en les vendant comme des substances soignantes.

Les bases de l'homéopathie ont été jetées il y a plus de 200 ans, au début des années 1800. Leur auteur, un médecin Allemand du nom de Samuel Hahnemann, a inventé sa méthode sur la base du principe de similitude. Selon lui, si un malade a la fièvre comme symptôme, il faut le traiter avec quelque chose qui provoque la fièvre aussi. Si le patient a des tremblements, on lui administre un produit qui provoque les mêmes tremblements. Et ainsi de suite.

Mais comme ces substances étaient potentiellement nocives, Hahnemann a suggéré de les diluer afin de contourner ces effets néfastes. Seulement voilà, les dilutions sont tellement poussées qu'il ne subsiste aucune molécule de la substance de départ dans la solution. Les dilutions des produits homéopathiques sont exprimées en CH et représentent le nombre de fois que la substance de départ a été diluée à un centième. Après une dilution (1 CH), on a une concentration en volume de 1%; après 2 CH, on a 0,01%; après 10 CH, on a 0,00000000000000000001%, et ainsi de suite... Pour des produits à 23 CH (c'est très souvent plus), la concentration représente une goutte de substance diluée dans la totalité de l'eau des océans... Autant dire qu'il n'y a plus rien ! Puis on imbibe des granules de sucre de cette eau et on laisse sécher !

Mais les défenseurs de cette pseudo-médecine prétendent que l'eau dans laquelle se font les dilutions a une "mémoire", que même sans l'agent actif, l'eau elle-même a acquis les propriétés de la substance et agit sur le malade.

Est-il nécessaire de préciser que l'efficacité de l'homéopathie n'a jamais pu être prouvée scientifiquement. Les seuls résultats positifs ne dépassent pas l'effet placebo, c'est-à-dire que les gens guérissent parce qu'il sont convaincus de l'efficacité du médicament.

Cela n'empêche pas les fabricants de produits homéopathiques d'avoir le vent dans les voiles : la compagnie française Boiron, le plus gros producteur mondial fait plus de 700 millions de dollars canadiens par année... en vendant des granules de sucre !

Certains diront que si ça rassure des gens de manger des granules de sucre, ce n'est pas bien grave. Le malheur survient lorsque des patients qui combattent des maladies graves (comme le SIDA) délaissent leurs vrais médicaments (dont l'efficacité a été testée et démontrée) pour ce pseudo-traitement. Les conséquences peuvent être très graves.





Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans