Québec Science BUZZons
Encyclo

Un gigantesque puzzle

Les plaques tectoniques
04/10/2014
-
As-tu déjà remarqué que la côte est de l’Amérique du Sud s’emboite avec la côte ouest de l’Afrique ? Il y a plus de 100 ans, cela avait aussi alerté Alfred Wegener, un météorologue allemand qui proposa une hypothèse en 1912 : la dérive des continents. À son époque, l’idée semblait ridicule pour de nombreux scientifiques. Les continents auraient déjà formé un seul et unique supercontinent et auraient dérivé pendant plus de 200 millions d’années à la position qu’on leur connait aujourd’hui ? Quelle absurdité !

Nous savons pourtant aujourd’hui, grâce à l’avancée de disciplines comme la sismologie ou la géophysique, que Wegener avait raison. Son hypothèse a été vérifiée et a donné naissance à la théorie de la tectonique des plaques.

Notre planète est recouverte de 12 plaques majeures et de nombreuses autres petites plaques qui s’encastrent les une dans les autres comme les pièces d’un gigantesque puzzle. Attention : une plaque n’est pas synonyme d’un continent. Certaines sont recouvertes par l’océan, comme la plaque du Pacifique, d’autres comportent des océans et des continents, comme les plaques nord-américaine ou africaine.

On ne s’en rend pas compte lorsqu’on a les pieds sur Terre, mais ces plaques se déplacent. La chaleur générée au centre de la planète remonte en surface et liquéfie les roches en magma. Cette pâte épaisse et gluante bouge et entraine avec elle les plaques qui se trouvent au-dessus.

Parfois deux plaques s’écartent : elles divergent. L’espace libre est rempli par du magma qui refroidit rapidement, ce qui agrandit les plaques tectoniques. Mais la Terre n’est pas extensible ! Ainsi, à d’autres endroits, les plaques se rapprochent les une des autres, elles sont convergentes. Attention aux dégâts ! Soit elles entrent en collision et provoquent la naissance de chaines de montagnes, soit la plaque la plus épaisse passe par dessus la plus mince (la subduction) et provoque des séismes parfois ravageurs.

Savais-tu qu’il est possible de suivre le mouvement de ces plaques grâce à des mesures GPS ? Certaines d’entre elles se déplacent de 1 centimètre par an et d’autres filent à 20 cm/an.






Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans