Québec Science BUZZons
Encyclo

Un poids pour notre santé

L'obésité
15/01/2016
-
Aujourd’hui, plus de gens meurent de trop manger que de ne pas manger assez ! L’obésité est un grave problème de santé du 21e siècle et le Québec n’est pas épargné : 22 % des adultes et 7 % des enfants en souffrent. Au banc des accusés : de mauvaises habitudes alimentaires et un manque d’activité physique.

Au menu ce midi : un soda, un hamburger et des frites. Une partie des calories contenue dans ce repas (peu recommandé) sont « brûlées » pour fournir l’énergie nécessaire à nos activités quotidiennes ; réfléchir, digérer, marcher... Le restant est stocké sous forme de graisses dans des cellules spécialisées, les adipocytes. Celles-ci pourront à tout moment libérer ces réserves, une faculté très utile en cas de jeûne prolongé. Seulement, nos adipocytes ne peuvent pas stocker indéfiniment. Qu’arrive-t-il lorsqu’elles sont pleines à craquer par surdose de repas trop gras ? De nouvelles cellules apparaissent au niveau des hanches, des muscles, des viscères et sous la peau pour entreposer cet excès. En plus d’être invalidante, l’obésité peut causer toutes sortes de problèmes de santé comme des maladies cardiovasculaires, certains types de cancers ou encore du diabète


Le problème est que nous passons de plus en plus de temps assis devant un écran, une activité qui, avouons-le, demande peu d’effort. À cela s’ajoute une modification de nos habitudes alimentaires vers une alimentation « sur le pouce » plus grasse et plus sucrée. Plus sucrée ? Quel lien avec le gras ? Lorsque tu bois un verre de soda qui, rappelons-le, équivaut à ingérer 4 morceaux de sucre, le sucre passe dans ton sang. Une hormone, l’insuline, a pour rôle de le faire pénétrer dans les cellules pour rétablir une glycémie normale. Cependant, si ce sucre n’est pas utilisé, il est stocké sous forme de graisse. Quand on sait qu’il faut courir environ un kilomètre à la vitesse de 8 km/h pour éliminer un verre de soda, il vaut mieux réfléchir à deux fois avant de s’en servir un deuxième !


De nombreux régimes miracles foisonnent sur internet, la plupart souvent inefficaces. Pour perdre du poids, le premier réflexe devrait être de consulter un nutritionniste. Il ne s’agit pas que d’une histoire de calories ingérées et d’énergie dépensée, mais aussi d’un équilibre hormonal. La leptine, une hormone sécrétée par les adipocytes, régule les réserves de graisse et l’appétit. Après un repas, c’est elle qui informe ton cerveau que tu es rassasié. Plus la masse graisseuse est importante, plus la leptine augmente ! Le système de faim est alors déréglé. C’est pourquoi il est important de limiter la consommation d’aliments trop riches en gras et en sucre et de faire de l’exercice dès le plus jeune âge, pour partir sur de bonnes bases !

Sur le même sujet :

Notre portrait du métier de technicienne en nutrition


 





Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans