Québec Science BUZZons
Encyclo

À chacun son médicament

La médecine personnalisée
10/07/2014
-
Tu es unique. Non, ce n’est pas ta mère qui te le répète pour la centième fois, mais plutôt la médecine, qui réalise de plus en plus que chaque individu est distinct. En effet, la combinaison de gènes que tes parents t’ont transmis et la façon dont ces gènes s’expriment n’ont pas d’égal. Aujourd’hui, des chercheurs tentent de tirer profit de tes particularités génétiques pour te donner le meilleur traitement possible en cas de maladie. Bienvenue dans l’ère de la médecine personnalisée.

Pour bien comprendre le concept, imagine qu’au lieu de devoir traiter des patients, tu doives recevoir toute ta famille à souper. Ta sœur un peu grano est strictement végétarienne et ton cousin difficile ne mange aucun légume vert. Ta mère est intolérante au lactose et ton frère est un vrai petit veau. Ton oncle est un carnivore endurci, alors que ton père est allergique aux noix… Préparer un seul plat pour tous devient vite très compliqué ! Aussi bien prévoir quelques options qui plairont chacune à une partie des invités ! La médecine personnalisée, c’est la même chose.

Si les humains possèdent tous les mêmes gènes, chacun en possède des versions différentes. Un peu comme les voitures, les gènes viennent en plusieurs modèles. Ces différences génétiques expliquent, entre autres, les susceptibilités de certaines personnes à des maladies ou leurs réponses variables à un médicament. Grâce aux progrès de la génétique moderne, on peut déterminer les particularités de ceux qui ne répondent pas bien à un traitement et adapter la médication.

Par exemple, près du quart des patientes atteintes du cancer du sein produisent trop d’une protéine appelée HER2. En grande quantité, celle-ci favorise le cancer. Si les tests indiquent une trop forte présence de cette protéine, un anticorps fabriqué en laboratoire, l’Herceptin®, peut combattre le cancer. Mais pour les trois quarts des patientes qui ne produisent pas l’HER2 en surabondance, le traitement est inefficace et l'on choisit une autre option.

Une stratégie similaire pourrait améliorer les traitements d’autres cancers, de maladies cardiovasculaires, du diabète, de la maladie d’Alzheimer et d’une foule d’autres problèmes de santé. Tout ça parce que nous sommes uniques.

Sur le même sujet :

Notre portrait du métier de généticien

Notre portrait du métier de biochimiste






Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans