Québec Science BUZZons
Encyclo

L'avenir est dans les airs

L’arrivée des voitures volantes
08/09/2017
-
photo: chagpg/depositphotos


En 1960, les gens s’imaginaient que l’an 2000 marquerait une nouvelle ère technologique où des villes futuristes aux gratte-ciels irréguliers seraient parcourues par des engins volants. Cette image n’est pas exactement notre réalité moderne. Déçu ? Malgré un peu de retard, une partie de ces rêves est pourtant à nos portes : l’arrivée prochaine des voitures volantes.

Ces dernières années, une véritable explosion a bouleversé le domaine des objets télécommandés avec l’apparition de drones de plus en plus sophistiqués et abordables. La technologie du drone pourrait être transférée à l’ingénierie d’autres types de véhicule. Du moins, c’est l’idée ambitieuse derrière un projet subventionné par Toyota. Le Japon souhaite créer une voiture volante qui allumera la flamme olympique des Jeux de Tokyo en 2020 ! SkyDrive sera un petit engin aérien doté de 4 rotors, comme un drone quadriporteur, qui permettra un envol à la verticale. De retour sur la route, le bolide électrique pourra déplacer son conducteur sur ses 3 roues. Un prototype est en cours de construction, mais le temps presse.

« C’est un avion, c’est un oiseau » non, c’est une voiture volante ! Voilà ce que les gens diront quand ils apercevront l’appareil d’AeroMobil, une compagnie slovaque. Innovatrice, l’automobile sera équipée d’ailes d’avion rétractables, comme les ailes d’un oiseau. À l’intérieur, le tableau de bord aura l’allure complexe des commandes d’un avion. Pas étonnant donc qu’un permis de pilote sera nécessaire pour conduire un tel engin. À qui la chance ? Tu peux précommander un appareil pour la modique somme de 1 million de dollars !

Préfères-tu l’hélicoptère à l’avion ? C’est le PAL-V Liberty qu’il te faut ! Comme AeroMobil, la compagnie néerlandaise PAL-V a construit une voiture volante à deux places qui sera commercialisée dès 2018. Cependant, l’engin onéreux est plutôt équipé de pales repliables et d’un mât amovible. Une fois dépliée, la voiture devient un petit hélicoptère prêt à décoller sur la piste. Avec lui, il est possible de parcourir jusqu’à 500 kilomètres, de quoi éviter le trafic jusqu’au chalet !

Même si ces avancées technologiques sont impressionnantes, un bouleversement des moyens de transport aérien n’est pas en vue. Pour le moment, en plus d’une licence de pilote, il faut avoir accès à un aérodrome pour faire voler ces appareils. L’avenir est cependant prometteur… et surtout dans les airs !
 





Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans