Québec Science BUZZons
Encyclo

Les plantes communiquent-elles ?

La communication chimique chez les plantes
13/02/2015
-
Dans la nature, les antilopes Koudou d'Afrique du Sud raffolent des feuilles d’acacias. Mais lorsque ces animaux sont élevés dans un enclos rempli de ces arbres, ils meurent tous de faim. Un véritable mystère ! Au contact de la salive de l'antilope, l'acacia sécrète du tanin qui rend ses feuilles indigestes. Il produit aussi une substance chimique, l’éthylène, pour avertir ses voisins. L'animal contourne le problème en remontant le vent pour manger les feuilles des acacias non-avertis, ce qu'il ne peut pas faire dans un enclos ! Les plantes communiqueraient-elles ?

Oui ! Immobiles, les plantes utilisent la communication chimique pour interagir entre elles, s'adapter à leur environnement et survivre. À l’heure actuelle, les chercheurs ont identifié plus de 200 000 molécules chimiques impliquées, mais il en existe surement beaucoup plus ! Certaines sont volatiles et permettent aux plantes de « parler » par les airs comme chez les acacias. Dès 1983, deux chercheurs montrent que le simple fait d’arracher des feuilles à des peupliers ou à des érables augmente la production de tanins comme défense et qu’un signal chimique est diffusé dans l’air pour avertir ses congénères de la même espèce et se préparer à une attaque éventuelle.

Plus récemment des chercheurs, notamment en Abitibi-Témiscaminque, ont fait une découverte étonnante. Les plantes communiquent également par les racines ! Cette communication souterraine est possible grâce à un enchevêtrement puis une greffe des racines d’une même espèce entre elles. Elles ne sont pas uniquement soudées, mais il y a fusion du cambium cette couche vivante présente sous l’écorce responsable de la circulation de l’eau et du transport des nutriments. Un peu comme si tu fusionnais tes veines avec celles de quelqu’un d'autre ! Pratique : si un arbre a accès à une source d’eau, il peut désaltérer ses voisins grâce à ce réseau souterrain !

Certains végétaux ne se détachent même jamais de leurs progénitures ! Les fraisiers par exemple restent connectés à leurs « petits » par des tiges horizontales au-dessus du sol. Un peu comme si tu étais encore attaché à ta mère par ton cordon ombilical…

Pas forcément besoin de fusion pour qu’il y ait communication. Une étude dirigée par le biologiste Ariel Novoplansky montre qu’en exposant un pied de petits pois à des conditions de sécheresse, celui-ci lutte contre ce stress puis émet par ses racines des signaux d’alerte à ses voisines pour les avertir du danger.

Aujourd’hui de nombreux laboratoires étudient les plantes et tentent de répondre à plusieurs questions : entendent-elles ? Mémorisent-elles ? Le débat à la mode porte sur l’intelligence végétale ! Intelligence ou pas, les plantes ont encore surement pleins de secrets à nous révéler !





Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans