Québec Science BUZZons
Encyclo

Poussière lumineuse

Les Perséides et autres pluies d'étoiles filantes
11/08/2017
-
Photo: Belish/Depositphotos

Chaque mois d’août, un phénomène céleste se produit. Devant tes yeux émerveillés, une multitude de traînées lumineuses apparaissent dans le ciel : des étoiles filantes. Enfin, c’est leur nom populaire, car il faudrait plutôt les appeler des météores. Cette pluie de météores qui « tombe » à cette période de l’année porte le nom de Perséides, car elles semblent provenir de la constellation de Persée. Mais savais-tu que ce ne sont pas les météores qui viennent vers la Terre, mais plutôt l’inverse ?

D’abord, qu’est-ce qu’un météore ? C’est une poussière ou un caillou spatial qui pénètre dans l’atmosphère terrestre à grande vitesse et s’enflamme sous l’effet du frottement avec l’air. En tombant vers le sol, il crée une traînée de flammes derrière lui jusqu’à sa volatilisation complète. Rarement, il arrive que le débris soit bien gros et touche le sol ; il porte alors le nom de météorite.

Au cours de son périple annuel autour du Soleil, la Terre traverse parfois des zones riches en débris spatiaux. D’où viennent ces débris ? Aussi appelés météoroïdes, ils sont laissés par des corps célestes sur leur orbite. Dans le cas des Perséides, c’est la faute de la comète Swift-Tuttle qui laisse des souvenirs de son passage tous les 133 ans. Au mois d’août, l’orbite de la Terre croise celle de la comète, et certains grains de poussière sont capturés dans l’atmosphère terrestre. Durant le pic d’observation, soit entre les 10 et 15 août, il est possible de voir jusqu’à 200 étoiles filantes par heure !

La Terre croise aussi les trajectoires d’autres corps célestes durant l’année. Plusieurs dizaines d’essaims de météores sont connus. Peut-être as-tu déjà entendu parler de la comète de Halley ? Elle aussi laisse des résidus à chacun de ses passages, tous les 76 ans. Elle cause une pluie d’étoiles filantes visibles dans la constellation du Verseau, les Êta Aquarides, chaque année autour du 6 mai.

Tous les ans, il y a aussi de l’action du côté de la constellation du Lion entre les 15 et 20 novembre. Les Léonides, dont le nom dérive du mot lion, sont causées par la comète Tempel-Tuttle. Lors de son dernier passage en 1999, elle a abandonné tant de débris spatiaux que le nombre d’étoiles filantes pouvait être de 10 000 par heure ! Cette intensité a duré quelques années et pourra se reproduire quand la comète recroisera l'orbite de la Terre. Ce sera en 2031 : une année à mettre à son agenda.

Une autre pluie importante d’étoiles filantes a lieu tous les mois de décembre : les Géminides. Trop occupé par le temps des Fêtes pour les avoir observées ? Celles-ci proviennent de l’astéroïde Phaeton et croisent la Terre entre les 12 et 14 décembre. Dans la zone de la constellation du Gémeau, d’où le nom de Géminides, jusqu’à 160 météores par heure sont alors visibles dans le ciel.

L’histoire ne dit pas si ces météores compliquent le travail du père Noël !





Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans