Québec Science BUZZons
Professions

Hygiéniste dentaire

20/04/2016
-
Rappelle-toi. La dernière fois que tu es allé chez le dentiste, tu es surement passé entre les mains de l’hygiéniste dentaire. Ce technicien examine ta bouche dans les moindres détails et réalise des radiographies sur la demande du dentiste pour dépister d’éventuelles maladies. Il effectue un détartrage et un polissage des dents, applique des traitements préventifs et te donne des conseils pour une bonne hygiène buccale. Et si tu portes des broches, l’hygiéniste dentaire peut aussi participer aux traitements d’orthodontie. Son travail est primordial, car une mauvaise hygiène dentaire peut avoir une conséquence sur tout ton corps !
 


Mélodie Gareau-Brière, hygiéniste dentaire
 
Il y a trois ans, Mélodie a rejoint l’équipe du Centre dentaire Ménard, Morin et Associés à Saint-Jérôme. En plus d’être hygiéniste dentiste généraliste, elle a ajouté en 2015 une corde à son arc : l’orthodontie.  
 
Qu’est-ce qui t’a poussé à exercer ce métier ?
C’est en consultant un site internet comme BUZZons que j’ai découvert la profession d’hygiéniste dentaire. Je cherchais un emploi qui offrait une bonne qualité de vie, avec des horaires stables. Dès mes premières semaines au Cégep j’ai eu le coup de foudre, ce métier était vraiment fait pour moi.
 
Quelles sont tes principales tâches ?
Je travaille de pair avec le dentiste. Je collecte des données lors des examens, j’effectue des nettoyages dentaires, je réalise des radiographies. En orthodontie, je change les fils, ajuste les appareils.
 
Qu’aimes-tu le plus dans ton métier ?
J’aime beaucoup le contact avec les patients. Ils sont très reconnaissants de mon travail et c’est très gratifiant. Je travaille aussi beaucoup avec les jeunes en orthodontie, c’est très stimulant de voir l’accomplissement du travail réalisé.
 
Qu’est-ce qui est plus difficile ?
C’est parfois très demandant de gérer la peur et la douleur des gens. Il arrive souvent que les patients soient craintifs. Il faut y aller tranquillement surtout avec les personnes âgées qui ont souvent eu des expériences désagréables dans le passé.
 
Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer ton métier ?
Il faut avoir de l’entregent, être chaleureux et patient. Il faut aussi être minutieux pour manipuler de petits instruments et savoir gérer le stress.
 
Avec qui es-tu amené à travailler ?
Les secrétaires, les assistants dentaires, les autres hygiénistes dentaires et bien sûr les dentistes ! Au centre dentaire, je travaille avec trois dentistes. Même s’ils essayent d’homogénéiser leurs méthodes, ils ont chacun  leurs façons de travailler, il faut donc savoir s’adapter. C’est un vrai travail d’équipe, quatre yeux valent mieux que deux pour s’assurer de n’avoir rien oublié !
 
Qui sont tes patients ?
Tout le monde : enfants, adultes ou personnes âgées. Dans 80 % des cas, il s’agit d’examen de suivi régulier. Il y a parfois des urgences. Je recueille alors des informations sur la localisation et la nature de la douleur pour que le dentiste puisse vite établir un diagnostic.
 
Ton métier évolue-t-il ?
Oui, je dois suivre 40 heures de formation continue en deux ans pour être à jour sur les nouveaux outils ou les nouvelles techniques. Depuis que j’ai gradué, je me suis perfectionnée en orthodontie et dans l’utilisation d’appareils ultrasoniques.
 
As-tu développé une fixation sur les dents ?
Je pense qu’en effet, c’est un peu une déformation professionnelle. Au lieu de distinguer une personne par son style vestimentaire ou sa coiffure, je vais plutôt remarquer si elle porte des broches ou pas !
 
Une journée dans la vie de Mélodie.

Mélodie arrive au centre dentaire à 7 h 30. Elle a trente minutes devant elle pour rencontrer l’équipe au complet, jeter un œil aux dossiers des clients de la journée, stériliser ses outils de travail et allumer ses appareils.

L’hygiéniste dentaire reçoit dans sa salle la première patiente de la journée. Elle l’aide à remplir le questionnaire médical, réalise les radiographies demandées par le dentiste et regarde méticuleusement ses dents et ses gencives. À première vue, rien à signaler. Après avoir rédigé un petit rapport pour le dentiste, celui-ci vient rendre visite à Mélodie et sa patiente pour réaliser un examen plus approfondi et donner son diagnostic. L’hygiéniste dentaire peut alors commencer le nettoyage, le détartrage et le polissage des dents de la jeune femme et en profite pour rappeler les mesures d’hygiène dentaire à adopter.
 
Pas de répit pour Mélodie, un autre patient arrive ; il souffre d’une maladie des gencives. La technicienne sollicite le dentiste pour une anesthésie puis commence le nettoyage. Une dizaine de patients se succèdent ainsi jusqu’à 16 h 40. L’hygiéniste prend le temps de finaliser quelques rapports, aseptise sa salle, stérilise ses instruments pour le lendemain avant de rentrer chez elle vers 17 h 30. 
 
Sur les bancs d’école...
 
Mélodie a d’abord complété un DEC en lettres et médias au Cégep de St-Jérôme en 2009. Elle a ensuite commencé un baccalauréat en littérature avant de s’intéresser au domaine de la santé. Elle a obtenu un DEC en hygiène dentaire au Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne en 2013. En 2015, elle a reçu une formation pour personnel auxiliaire en orthodontie à l’Institut dentaire international.
 
 
Au Cégep :
 
- DEC en hygiène dentaire
 
Ce programme est offert dans les établissements suivants : Cégep de Chicoutimi, Cégep de l’Outaouais, Cégep de Saint-Hyacinthe, Cégep de Trois-Rivières, Cégep Édouard-Montpetit, Cégep Garneau, Cégep régional de Lanaudière (Terrebonne), Collège de Maisonneuve, John Abbott College.
 
(Pour être accepté dans ce programme, il faut avoir réussi Chimie de la 5e secondaire, Science et technologie de l’environnement ou Science et environnement de la 4e secondaire)
 
Pour porter le titre d’hygiéniste dentaire, vous devrez obtenir un permis délivré par l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec.
 
Et après ?
 
L’hygiéniste dentaire travaille dans des cliniques dentaires ou d’orthodontie, des facultés dentaires d’université, des Centres locaux de services communautaires (CLSC), des hôpitaux, des établissements de santé, des centres de recherche...
 
 
settings.






Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans