Québec Science BUZZons
Professions

Ingénieur chimiste

23/09/2016
-
Comment fabrique-t-on de la colle, des médicaments, du détergent ou des explosifs?

Tu peux compter sur l’ingénieur chimiste pour trouver la solution! Inventer des manières de transformer une matière première en un produit fini de qualité, c’est son travail.

Pour les besoins très variés de l’industrie chimique, il élabore des méthodes de production efficaces qui minimisent les coûts et les risques de pollution. Une fois le processus mis en place, il veille aussi au déroulement des opérations en coordonnant les ressources humaines, matérielles et financières, ainsi qu’en s’assurant du bon fonctionnement des installations.

Dominique Jean, ingénieur chimiste

Depuis 2013, Dominique est ingénieur chimiste chez le plus gros distributeur mondial de soins de santé! McKesson est une entreprise d’approvisionnement en produits pharmaceutiques, un peu comme une gigantesque épicerie qui procure aux pharmacies et aux hôpitaux ce dont ils ont besoin. Des simples anti-allergènes aux médicaments pour traiter les cancers, on y trouve de tout!

Dominique joue un rôle très important chez McKesson à Québec : il est responsable du département des substances hautement règlementées… des substances qui ne doivent pas se retrouver entre de mauvaises mains!

En quoi consiste ton poste chez McKesson?
Je suis ce qu’on appelle une personne qualifiée responsable, c’est-à-dire que je m’assure que les normes de Santé Canada sont respectées pour l’entreposage et la livraison des produits. Pour les médicaments qui s’apparentent aux stupéfiants, la règlementation est particulièrement sévère! Tout doit constamment être documenté, validé et inspecté. Cela implique entre autres de développer des méthodes de travail, puis de vérifier que les protocoles sont bien exécutés.
Peu de gens peuvent remplir cette fonction, puisqu’elle exige une certaine expertise. Pour en nommer quelques-uns, les médecins, pharmaciens, chimistes, biologistes et ingénieurs sont qualifiés pour ce poste.

Quelle est la différence entre un chimiste et un ingénieur chimiste?
Le génie des procédés chimiques, contrairement à la chimie fine, concerne les procédés de fabrication à grande échelle pour les entreprises. On parle ici de concevoir et d’optimiser les méthodes de production en étudiant les réactions chimiques elles-mêmes, mais aussi les conditions dans lesquelles elles ont lieu.

Qu’est-ce qui t’a attiré vers ce domaine?
Le hasard, d’une certaine manière. Au début, je voulais être médecin, mais j’ai vite réalisé que ce n’était pas pour moi. Comme les mathématiques et la physique ne m’attiraient pas particulièrement, je me suis dirigé vers la chimie. Sauf qu’à ce moment, je n’avais aucune idée de ce qu’était réellement le Génie chimique. Heureusement pour moi, c’était tout à fait dans mes cordes!

Quelle est la qualité qui te sert le plus dans ton travail?
La minutie est essentielle. Comme on dit ici : il faut se dépêcher lentement. Nous sommes sous pression pour travailler rapidement, mais aucun détail ne doit être oublié, sans quoi il peut y avoir de graves répercussions!

Tu travailles avec des matières règlementées… quelles sont-elles?
Ce sont des substances qui pourraient créer des dépendances ou de graves problèmes de santé si mal utilisées. Les opiacées comme la morphine et les dérivés du cannabis, qui servent à traiter la douleur, en sont de bons exemples. Il y a aussi les psychostimulants pour corriger les troubles de l’attention, comme le Ritalin et l’Adderall.
Certains de ces médicaments, entre les mains d’un chimiste mal intentionné, pourraient facilement être transformés en héroïne, une drogue illégale.

Quelles mesures particulières dois-tu prendre avec ces médicaments?
Tout d’abord, ils ont leur propre emplacement dans l’entrepôt. Leur accès est limité. Certains sont même gardés dans une chambre forte, avec un système de sécurité afin de savoir ce qui s’y passe en tout temps.
Il faut ensuite tenir un registre à jour. Si un pot disparait, il faut immédiatement contacter la police! De plus, si on repère une transaction étrange, une enquête est nécessaire. Personne ne peut commander de grandes quantités de substances contrôlées sans en donner la raison!

Est-ce que cette connaissance approfondie des médicaments t’est utile dans la vie de tous les jours?
C’est sûr que je suis plus attentif aux petits détails. Saviez-vous que les médicaments ont une date de péremption, comme la nourriture?
Aussi, vu que mon travail garantit la sécurité du public, je suis confiant quand je dois moi-même consommer des médicaments. Je me suis fait opérer récemment, et disons que j’étais content de savoir que les anesthésiants utilisés étaient de qualité!
 
Une journée dans la vie de Dominique

La première chose que doit faire Dominique en arrivant au travail, c’est d’ouvrir le département des substances contrôlées. Impossible d’y accéder sans qu’une personne qualifiée soit présente.

Ensuite vient la lecture des courriels, puisqu’il est essentiel d’être au courant de tout pour bien coordonner le département. Faut-il autoriser des transactions ou des retours de marchandises? Faut-il faire détruire certaines substances? On ne peut pas simplement les jeter à la poubelle!

Ces temps-ci, Dominique s’affaire également à valider du nouvel équipement. Son souci de rigueur ainsi que sa pensée critique, qui lui viennent de son bagage scientifique, sont alors très utiles pour prévoir les problèmes avant même qu’ils ne surviennent.

Finalement, les rapports de qualité et d’enquête doivent être remplis. Cela fait beaucoup de paperasse, mais il est obligatoire de tout documenter, sans quoi la compagnie pourrait perdre ses licences. On ne rigole pas avec les substances contrôlées! 
 
Sur les bancs d’école…
Dominique a suivi sa formation en Génie chimique à l’Université Laval, dans la ville de Québec. Il y a obtenu un baccalauréat en 2003 ainsi qu’une maîtrise en 2005. Au moment où une opportunité d’emploi chez McKesson s’est présentée à lui, il avait déjà entamé un doctorat dans la même discipline. Dominique a tout de même saisi sa chance, et pratique depuis le métier  d’ingénieur.

Au cégep :
Le Cégep de Jonquière offre une technique de Génie chimique qui peut être couplée au baccalauréat en Génie chimique de l’Université Laval pour un DEC-BAC d’une durée de 6 ans.
Il te faut toutefois compléter la composante BAC pour être ingénieur et non technologue.

À l’université :
Le baccalauréat en Génie chimique est donné dans les établissements suivants : Université de Sherbrooke, Polytechnique Montréal, Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Université Laval, Université McGill.

Le baccalauréat en Génie biotechnologique de l’Université de Sherbrooke permet également d’accéder à la carrière d’ingénieur chimiste.

Et après…
Parmi les différents parcours en ingénierie, la concentration chimie n’est peut-être pas la plus en demande sur le marché du travail, mais c’est sans contredit l’une des plus polyvalentes. De nombreuses industries ont recours à l’expertise des ingénieurs chimistes pour la mise au point de procédés, dont les industries pharmaceutique, alimentaire, agricole, cosmétique, pétrolière, minière, métallurgique, manufacturière, des pâtes et papiers, des matières plastiques, et plusieurs autres encore. Il existe donc une panoplie de débouchés possibles.

N.B. Pour pratiquer cette profession, tu dois d’abord être membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec.
settings.






Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans