Québec Science BUZZons
Reportages

Après les sondages, voici l'hédonomètre!

Propos recueillis par Mélissa Guillemette - 30/12/2014
-
Codirecteur du Computational Story Lab et professeur de mathématiques et de sciences naturelles et techniques à l’université du Vermont, Chris Danforth a eu l’idée, à première vue saugrenue, de mesurer le bonheur de la population à partir des mots utilisés dans les tweets, les paroles de chansons, les scénarios de film et les livres. Il a ainsi mis au point un « hédonomètre» (du grec hêdonê, le plaisir), une sorte de baromètre de l’état d’esprit qui révèle l’humeur d’une population. L’outil de l’avenir pour les décideurs et les politiciens ?


Pourquoi mesurer le bonheur ?

Il existe toutes sortes d’indicateurs du progrès social et économique dans nos sociétés : le taux d’emploi, les dépenses des ménages, les importations et exportations d’un pays. Cependant, ils ne disent rien sur ce que les gens ressentent.
Mon collègue Peter Dodds et moi avions commencé à nous intéresser aux mots utilisés dans les blogues et les chansons pour évaluer l’humeur ambiante, puis Twitter est arrivé. C’était une source d’information parfaite pour observer ce qui se trame dans le monde.

Et qu’avez-vous appris ?

Que les tweets révèlent l’humeur du moment, tandis que les paroles de chansons rendent plutôt l’état d’esprit prévalant au cours de toute une année. Ainsi, nous avons constaté que, depuis les 50 dernières années, les chansons étaient de plus en plus tristes. Cela est en partie dû à l’apparition de la musique industrielle et du rap dans les années 1970 et 1980.
Quant aux blogues, ils nous ont appris que le bonheur suit une courbe en fonction de l’âge. D’après les mots qui y sont utilisés, les gens semblent en effet plus tristes au début et à la fin de leur vie qu’au milieu. Ce qui est étonnant, c’est que la courbe des résultats transposés sur un graphique est complètement opposée à celle des sondages qui évaluent le bonheur selon l’âge en posant directement la question aux répondants. Ça nous laisse croire que les sondages et notre étude mesurent des choses différentes.
Notre analyse des tweets, par contre, est généralement en accord avec les sondages. Nous avons par exemple mesuré le bonheur selon les États américains et les résultats étaient similaires à ceux de la firme Gallup.

Les internautes expriment-ils leurs sentiments réels sur Twitter ?

Il y a certainement des personnes dont le but est de donner d’elles-mêmes et de leurs émotions une impression différente de la réalité. Mais, collectivement, je pense que les tweets fournissent de bons indices quant à l’humeur ambiante.

Lire la suite dans notre numéro de Janvier-février 2015





Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans