Québec Science BUZZons
Reportages

Cancer trompeur

Découverte de l'année [4]
Catherine Girard - 26/12/2012
-La forme la plus agressive du cancer de l’ovaire débuterait dans les trompes de Fallope. Et on sait mieux le dépister.



En 16 ans de pratique, la gynéco-oncologue Lucy Gilbert a rencontré des dizaines et des dizaines de femmes touchées au plus profond de leur féminité par le cancer. Et celui qu’elle redoute le plus est le cancer de l’ovaire. «Pour les autres types de cancers gynécologiques, comme celui de l’utérus, du col utérin ou de la vulve, les taux de guérison se sont considérablement améliorés au cours des 30 dernières années. Mais malgré tous les efforts et l’argent investis dans la recherche sur le cancer de l’ovaire, le pronostic reste sombre», déplore-t-elle.

Le problème, c’est que 75 % des cancers de l’ovaire ne sont dépistés que lorsqu’ils atteignent des stades avancés; et dans ces cas, le taux de survie après cinq ans n’est que de 20 %. Comment faire mieux? La docteure Gilbert a mis de l’avant une recherche baptisée DOvE (Diagnosing Ovarian cancer Early) pour trouver le moyen de rendre le dépistage plus efficace.


Lire la suite dans notre numéro de janvier-février 2013

Découvrez et votez pour les autres découvertes de l'année 2012

Illustration : Carol-Anne Pedneault/missillustration.com





Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans