Québec Science BUZZons
Reportages

Comment augmenter sa libido?

Par Mélissa Guillemette - 17/05/2018

Photo: iStock

Gare à ceux ou celles qui espèrent trouver un médicament pour régler leur « problème » illico presto, prévient Katia Fournier, sexologue au Centre sexologique de l’Estuaire, à Rimouski.

« J’appelle ça des consultations de garagistes, une vision hydraulique du fonctionnement de la sexualité ! C’est vrai que le désir dépend des hormones. Mais ce n’est pas tout : le désir est modulé par la qualité de la relation, par le monde affectif, par le stress, etc. Ce n’est pas une pilule qui va changer grand-chose. »

Des équipes étudient tout de même le lien entre la libido et un déséquilibre des excitateurs dans le cerveau (testostérone, œstrogène, progestérone, mélanocortine et dopamine) ou des inhibiteurs (prolactine et sérotonine). Le flibanserin, une molécule qui agit justement sur des inhibiteurs et des excitateurs chez les femmes, est en évaluation par Santé Canada, alors que les États-Unis ont déjà approuvé son utilisation. Son efficacité semble toutefois très moyenne et ses effets secondaires, importants : évanouissements et épisodes de très basse pression, notamment.

Chose certaine, la science a bien du mal à cerner le sujet. Rien qu’identifier la prévalence des problèmes de libido est un véritable casse-tête : de 9 % à 43 % des femmes seraient concernées et de 3 % à 28 % des hommes, selon la méthodologie et la définition utilisée. « Que signifient vraiment ces données ? Ces personnes n’ont plus de désir du tout ? Ou pas envers leur conjoint ? Est-ce que ça leur arrive d’avoir une pensée sexuelle au bureau ? » s’interroge la sexologue. Si oui, la « machine » n’est donc pas réellement en panne.

Car oui, Katia Fournier pense que ce sont des personnes en couple qui ont posé la question à Google. « Le couple est stable, sécurisant, prévisible, alors que le désir est alimenté par ce qu’on n’a pas, ce qui est à distance, ce qui est anticipé; par le mystère, le risque, le danger et la nouveauté. Cette idée est très bien articulée dans la réflexion d'Esther Perel », une sexologue d'origine belge dont le propos suscite énormément d'intérêt (voir sa conférence TED visionnée par des millions d'internautes. En anglais, mais vous pouvez sélectionner un sous-titrage en français.)

Cela ne signe en rien l’arrêt de mort de la libido pour les amoureux de longue date ! De multiples études ont démontré que le simple fait de considérer comme normaux les hauts et les bas de la libido dans un couple contribuait à maintenir un meilleur désir à long terme.

Mais il faut trouver vos propres moyens pour continuer à admirer votre partenaire, à voir en lui ou en elle encore du mystère. D’ailleurs, les couples fusionnels auront plus de mal à se désirer à long terme, confirme une revue du sujet publiée en 2016 dans Sexual Medicine Review. « Certains me disent : “Quand ma conjointe est passionnée par quelque chose que je ne connais pas, que je la vois s’emballer, ça me donne envie de m’approcher” », observe Katia Fournier.

La sexologue reconnaît que ces conseils sont difficiles à appliquer concrètement. « On a beau savoir qu’il faut garder du mystère et être autonome, on ne sait pas forcément comment appliquer ça dans la vraie vie. »
 
Voici des pistes de réflexion :

 Pour activer le mécanisme d’anticipation, vous pouvez donner rendez-vous à votre moitié pour faire l’amour. « Des couples trouvent ça épouvantable, mais je leur rappelle que, à leurs débuts, rien n’était plus prémédité que la relation sexuelle du prochain rendez-vous », signale Katia Fournier.

 S’interroger sur les blocages moraux. «Si vous avez des fantasmes sur une personne autre que votre mari, ne pourriez-vous pas les utiliser pour nourrir votre libido avec votre conjoint ?»

 La sexologue déboulonne également le mythe de la spontanéité. « On surestime l’idée que ça prend du désir pour faire l’amour. Oui, le désir est dans le tapis en début de relation. Mais on n’a pas à attendre cette intensité pour entrer en relation sexuelle quand les débuts sont passés; on peut commencer à s’embrasser, à se caresser et le désir peut arriver après l’excitation sexuelle. »

 Exit les séances de « cocoonnage » dans le but de finir les jambes en l’air. « On ne désire pas ce qu’on a de collé sous le nez, dit Katia Fournier. Trop de proximité se solde par moins de désir. »

Quelques liens vers des études:   


Pour accéder aux 50 questions santé, consultez notre numéro de juin 2018. Abonnez-vous dès maintenant à l'édition papier ou numérique.

 






Facebook


   Le magazine scientifique des 14-17 ans