Les événements scientifiques qui ont marqué 2012 [2]

P’tite bête

«Comment embrasser une telle grenouille?» se demanderait la princesse. «Comment en déguster les cuisses?» se questionnerait Gargantua. Pædophryne amauensis mesure 7,7 mm, à peine l’espace entre deux pointes de fourchette. Découverte tout récemment dans la jungle de Papouasie–Nouvelle-Guinée à 175 m d’altitude, cette grenouille miniature a l’honneur d’être le plus petit vertébré du monde.

On devine qu’elle ne convoite pas les mouches domestiques; celles-ci sont jusqu’à trois fois plus grosses qu’elle! Ce sont des chercheurs en biodiversité, de l’université de la Louisiane aux États-Unis, qui l’ont débusquée sous un amas de feuilles mortes. Ils étaient à la recherche d’un insecte émettant de drôles de cris (355 notes stridentes en 4 salves pendant 5 minutes, précisément).

C’est la petite grenouille qui faisait ce boucan. Elle a alors retenu l’intérêt des biologistes; ils ont notamment constaté que Pædophryne amauensis pouvait faire des sauts équivalant à 30 fois la longueur de son corps. Autre particularité, et contrairement à la plupart des amphibiens, cette grenouille ne passe pas par le stade du têtard au cours de son développement.

Photo : Université de Louisiane

[1] Passage du Nord-Ouest: les obstacles fondent
[3] La chute de l’ange supersonique
[4] La pièce manquante de la physique enfin trouvée
[5] Tremblez, savants!
[6] Curieux Martien
[7] La mère des villes d’Europe
[8] Sortir du système
[9] Le bouquet!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2021 - BUZZons, particules de savoir