Pourquoi le franchissement du « mur du son » fait-il du bruit ?

Pour bien comprendre pourquoi on entend un grand « bang » au passage de certains avions au-dessus de nos têtes, il faut d’abord s’intéresser à la nature du son. N’importe quel bruit est en réalité une succession de vibrations. Ces vibrations sont les molécules d’air qui s’entrechoquent les unes contre les autres. Une impulsion (par exemple la mise en marche de tes cordes vocales) met en mouvement quelques molécules d’air. Ces molécules viennent frapper leurs voisines, qui frappent à leur tour leurs voisines, etc. Le son se déplace ainsi de proche en proche dans l’air.

Le son a une vitesse : celle des molécules qui s’entrechoquent les unes à la suite des autres. Dans les conditions normales, une onde se déplace à la vitesse d’environ 340 mètres par seconde.

Quand un avion vole, il provoque la mise en mouvement des molécules d’air qu’il croise. Il « fabrique » donc du bruit. La plupart des avions volent moins vite que le son et les ondes sonores sont évacuées en avant de l’appareil. Mais quand un avion se rapproche de la vitesse fatidique des 340 mètres par seconde, le son qu’il génère est « rattrapé » par l’appareil, ce qui crée un « mur » d’ondes sonores juste devant son nez.

Si l’avion veut franchir ce « mur », il faut qu’il accélère très fort. On entend alors un gros « bang ». Pendant ce temps, l’avion continue à fabriquer des ondes sonores, qui persistent à aller moins vite que lui. C’est pourquoi le « bang » du mur de son continue de se faire entendre tant que l’avion se déplace à vitesse supersonique.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2021 - BUZZons, particules de savoir